Considérer l’habiter : épreuves, incertitudes & politiques

ARGUMENTAIRE

Les travaux de sciences sociales engagés depuis une trentaine d’années sur les situations d’exclusion du logement (sans-abrisme au sens strict, habitats de fortune comme les squats ou les cabanes de campements, habitats d’assistance comme les hébergements sociaux ou résidences sociales), montrent, de façon contre-intuitive, qu’il est nécessaire, si on cherche à les comprendre depuis le point de vue de celles et ceux qui les vivent, de les caractériser en termes d’habiter. L’habiter s’observe notamment à partir de pratiques d’appropriation (« chez-soi »), de familiarisation, ou encore par une reconnaissance de la possibilité d’habiter par les autres co-habitants (passants, voisins, professionnels, autres sans-abri etc.). Autrement dit, logement et habiter ne se recouvrent pas systématiquement. Surtout, on rate quelque chose de ces expériences si on les réduit à de la pure contrainte, sans voir les tendances à habiter qui s’y déploient malgré tout.

Depuis cette perspective, ces situations se caractérisent comme parsemées d’épreuves d’habiter, au sens où leur précarité peut atteindre des extrémités, en regard de la définition normative et partagée d’un habitat décent. Ces épreuves se voient particulièrement lors des expulsions violentes de campements ou de personnes installées dans des espaces publics, mais aussi dans le fonctionnement en turnover des dispositifs d’assistance (durées de séjour limitées,familiarisation encadrée), qui en arrive parfois à épuiser plus qu’à protéger les personnes pourtant désignées comme les plus vulnérables de nos sociétés.

A partir de ce premier résultat très général, s’est engagée dans notre réseau une réflexion sur une cause possible de ces épreuves : l’absence de reconnaissance de la possibilité d’habiter de façon décente en dehors d’un logement dit « ordinaire ». Depuis cette explication, l’insertion vers le logement s’interpréterait très globalement comme un parcours au terme duquel le logement, et donc la possibilité qu’il recouvre d’habiter d’une façon décente, doit se mériter. En raccourcissant un peu les choses, on pourrait ainsi dire que nos sociétés occidentales sont régies par la règle suivante : habiter de façon décente se mérite.

Au vu des conséquences négatives de cette morale sur l’état des personnes en dehors d’un logement, nous cherchons à prolonger l’enquête par un argument critique. Dans une société où le logement est certes reconnu comme un droit, mais est aussi (voire surtout) un bien économique dont l’accès est fortement conditionné par les règles du marché, ne faut-il pas envisager la constitution d’un nouveau droit social, à savoir celui d’un « droit à habiter » ? Si oui, quel est l’état de la réflexion existante concernant ce droit ? Est-ce que des acteurs l’ont déjà proposé ? Dans quelles situations ? Que désignait-il ? Comment prolonger la réflexion aujourd’hui ?

Cette question, aujourd’hui, ne nous semble pas hors sol, au sens où, malgré les limites relevées plus haut concernant les politiques de lutte contre l’exclusion du logement, les tendances qui se dessinent depuis plusieurs années vont dans le sens d’une reconnaissance d’un habiter décent en dehors du logement (« humanisation » des hébergements sociaux, principe de continuité). Autrement dit, l’habiter en institution est une situation qui s’observe de plus en plus. Ces tendances sont d’ailleurs sources de questionnements quant à leur place et leur rôle pour les professionnels travaillant dans ces institutions. Peut-on alors suivre cette tendance et la mener « jusqu’au bout » de la logique que nous y décelons, en imaginant une institutionnalisation de l’habiter allant vers une amélioration de la protection sociale ?

À partir de ces constats et questionnements, notre séminaire s’oriente alors dans deux directions, dont l’articulation n’a rien d’évident :

  •   Une réflexion sur la portée analytique du concept d’habiter pour décrire et comprendre les épreuves que traversent les pratiques qu’il recouvre. Orientée par les épreuves d’habiter, la réflexion vise à clarifier le concept. Au gré des enquêtes, de nouvelles questions nous sont apparues : habiter recouvre-t-il l’idée du chez-soi ? De l’appropriation ? Est-ce que toute familiarisation passe par une appropriation ? Et quel rôle des cohabitants dans les possibilités d’habiter ? Est-ce qu’il est possible, ou souhaitable, de décentrer le concept d’habiter du point de vue individuel ? Comment améliorer les explications de ces épreuves d’habiter ?
  • Une réflexion sur la portée critique de l’habiter. Est-ce qu’il est envisageable de proposer un nouveau droit social comme celui d’un droit à habiter ? Si oui, quelle forme et quel contenu pourrait-il prendre ? Par exemple, un droit à habiter revient-il à un droit à un chez-soi ? Est-il nécessairement un droit subjectif, ou faut-il le raccrocher à une obligation publique en termes de solidarité ? Peut-on s’appuyer sur des normes existantes, soit dans notre passé, soit dans d’autres pays, soit encore au niveau des institutions européennes ? Mais cette proposition ne risque-t-elle pas d’affaiblir le droit au logement, déjà insuffisamment effectif ? Si oui, comment penser le droit à habiter en lien avec le droit au logement ?

Contact : sansabrisme@gmail.com

Aux frontières du sans-abrisme

Ce carnet hypothèses vise à rendre compte de l’activité scientifique du réseau de recherche « Aux frontières du sans-abrisme ».

Ce réseau international réunit des chercheurs et chercheuses de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, science politique, architecture…) autour d’un objet commun le « sans-abrisme ». Ce néologisme – qui se veut la traduction littérale du terme anglais « homelessness » – rend compte d’un choix théorique qui ne vise pas un type particulier de population mais qui identifie une situation problématique, celle de la « vulnérabilité de l’habiter » des personnes, et les diverses façons dont ce problème est, dans une société donnée, défini, pris en compte et pris en charge (que ce soit par les pouvoirs publics ou la société civile).

Le carnet servira à annoncer les évènements en cours (notamment les séances de notre séminaire « Considérer l’habiter : épreuves, incertitudes & politiques »), passés  et à venir du réseau.

Contact : sansabrisme@gmail.com